Régale maman avec le code MAMA4EVER - 10€ offerts - Livraisons et retours offerts en France 🦍❤️👟

Le phénomène des drops de sneakers et les marketplaces : est-ce durable ?

Que ce soit pour un style sportswear ou streetwear, la sneaker a toujours eu une place importante dans la mode urbaine. L’engouement que portent les consommateurs à cette paire de chaussures confortables pousse les grandes marques à produire de plus en plus de nouveaux modèles. Raison pour laquelle elles optent pour des collaborations en éditions limitées, permettant de cibler un public de niche qui n’hésite pas à investir une petite somme dans un modèle rare. Cela a également permis l’émergence de plusieurs sites de reventes de sneakers de collection.

En 2019 par exemple, le secteur international de la revente de baskets a été estimé à plus de 6 milliards de dollars, sur un marché mondial de 100 milliards de dollars. Mais qu’en est-il de l’impact de ce phénomène sur l’environnement ? Les drops de sneakers et les marketplaces sont-ils durables ? Passons en revue les points positifs et négatifs de ce phénomène

Les sites de drops de sneakers et les marketplaces phares du moment

Le développement du marché des paires de baskets a permis à d’autres marques de tirer profit des consommateurs à la recherche de perles rares pour compléter leur collection. En effet, les sneakers addicts n’hésitent pas à débourser une belle somme lorsqu’une paire les attire et leur fait de l’œil. Raison pour laquelle les collaborations des grandes marques connaissent actuellement une grande effervescence. C’est par exemple le cas de Nike et Dior qui ont sorti l’Air Dior, une collection limitée à seulement 13 000 exemplaires. Cela rend les paires encore plus désirables, d’autant plus que 5 000 d’entre elles sont spécialement destinées aux clients fidèles de Dior.

Ainsi, comme il s’agit de collections en édition limitée, les passionnés de sneakers désirant une nouvelle paire ne sont pas tous satisfaits. C’est là que les sites de drops de sneakers et les marketplaces comme Wethenew, Kikikicz ou Uncle J entrent en scène. Il s’agit de plateformes qui font de la vente et de la revente de paires de baskets rares afin que tout le monde puisse y avoir accès. Un système de vérification minutieux est souvent mis en place afin de certifier l’authenticité des paires de sneakers. Les chaussures sont soit des modèles limités, soit deadstock (neuves et qui ne sont plus vendues par la marque), soit reconditionnés à neuf. Elles sont livrées avec un certificat d’authenticité et tous les accessoires d’origine comme la deuxième paire de lacets, les accessoires interchangeables, etc.

Wethenew

La revente de sneakers de collection : un point positif ?

L’effervescence autour de la sneaker et du monde du streetwear à travers les sites de drops et les marketplaces est un point très positif pour le marché. Cela permet aux passionnés de trouver la perle rare parmi une grande collection de chaussures de marque :

  • Nike Air Max, Nike Zoom, Nike Air Force, Nike Cortez, Air Jordan, Air Huarache…
  • Puma (Suede, Wild Rider, Future Rider, etc.),
  • Converse (Chuck Taylor All Star, One Star Blocked, Cozy Granola, etc.),
  • Adidas (Stan Smith, Superstar, etc.),
  • Etc.

Ce phénomène s’inscrit également dans une démarche écologique lorsqu’il s’agit de sneakers d’occasion. En effet, la revente permet de redonner une seconde vie aux paires en édition limitée souvent délaissées par leurs propriétaires. Ce qui est en quelque sorte une technique de recyclage. La remise à neuf peut concerner une ou plusieurs parties de la chaussure : la languette, les semelles (la semelle extérieure, la semelle intermédiaire et la semelle intérieure), le talon, la tige, et toutes les parties qui peuvent être retouchées.

Le fait que les paires soient en éditions limitées permet également de réduire les déchets que produit la fabrication de ces chaussures de sport. Dans ce sens, la revente permet de rallonger la durée de vie des sneakers.

Les inconvénients de ce phénomène de fast fashion

Bien que l’engouement envers les drops de sneakers et les marketplaces soit bénéfique dans le sens où cela limite la production de déchets, la demande reste très forte. C’est pourquoi les collaborations se font de plus en plus nombreuses. D’ailleurs, Fabian Gorsler, l’auteur de Highsnobiety et sneakerhead affirme qu’il y a désormais plusieurs nouveaux modèles fraîchement sortis des collaborations avec des stars, des footballeurs, des films et même des jeux vidéo, chaque semaine. Outre le fait de satisfaire une clientèle de niche dans le domaine des baskets, ces collaborations entrent tout de même dans un modèle de distribution rapide, entraînant une surconsommation, et donc, un phénomène de fast fashion, tristement connu comme étant l’un des facteurs de destruction massive de l’environnement.

SNKRS - Nike

Il y a également la question du prix qui est parfois bien moins cher que les tarifs de lancement du modèle. Comme il s’agit d’une paire qui n’est plus dans la tendance du moment, les prix peuvent en effet relativement baisser. La facilité de paiement proposée par ces acteurs de la revente de sneakers contribue également à entretenir l’engouement pour cette pratique.

Un autre fait qui n’est pas souvent soulevé concernant les drops de sneakers et les marketplaces, c’est l’existence des contrefaçons. Afin de répondre à cette forte demande liée à la rareté des produits mis en vente, plusieurs industriels vont jusqu’à créer des modèles quasi identiques aux vraies paires de baskets. La fabrication de ces chaussures ne suit pas toujours les normes aussi bien concernant la qualité qu’au niveau du cycle de production.

Quelles solutions opter pour une industrie des baskets plus durable ?

Plusieurs sneakerheads se sont rendu compte de la gravité de la situation par rapport à l’environnement et à cette industrie de surconsommation. Ainsi, la tendance tend vers la mise en avant des anciennes paires de sneakers qui sont sur ces sites de drops afin de favoriser la seconde vie.

Dans le but d’une démarche plus respectueuse de l’environnement, les fabricants et les grandes marques peuvent se tourner vers l’utilisation de matières premières biosourcées et recyclées. La création de semelle remplaçable ou recyclable peut également être une solution dans le domaine de la remise à neuf.

Afin de réduire leur impact et de mieux organiser la production, un système de prévente peut aussi se mettre en place pour que le fabricant puisse avoir une idée, même approximative, du nombre de paires à réaliser.

Mais ce qui est le plus important, c’est de bien penser le cycle de vie des sneakers depuis la conception, le choix des matières premières, la fabrication, l’utilisation jusqu’à la fin de vie.

Ces solutions, MEEKO les a d’ores et déjà incorporées et assimilées depuis sa création. Les modèles répondent à un cycle de production bien pensé pour favoriser de manière positive leur impact sur l’environnement.

 

Effectuez une recherche

Panier