Livraisons et retours offerts en France - paiement en 3x sans frais

Notre approche wildlife-friendly et son impact

Chaque étape du processus de fabrication de nos produits est réfléchie. Nous faisons notre maximum pour limiter notre impact sur la biodiversité. Nous avons décidé de concentrer nos efforts sur les 4 facteurs qui impactent le plus le vivant : le bien-être animal / l’exploitation des ressources naturelles (forêts primaires, eau) / la pollution (émissions carbone et déchets) / l’empreinte énergétique. Si notre approche est encore loin d’être parfaite, nos sneakers restent bien plus respectueuses du vivant que la grande majorité des modèles du marché.

Dans cet article, nous vous détaillons nos actions sur chacun de ces 4 axes et l’impact associé. 

1. Le bien-être animal

Plus d’un milliard d’animaux sont tués chaque année pour leur peau. Nous pensons qu’aujourd’hui l’industrie propose suffisamment d’alternatives pour que l’on puisse se passer de matière animale dans nos baskets. 

2. Des matières qui respectent la vie sauvage

L’élevage bovin est responsable de 80% de la déforestation en Amazonie. 85% du caoutchouc Thaïlandais (principal exportateur mondial) est issu de la déforestation. 4000L d’eau sont nécessaires à la fabrication d’une paire de sneakers traditionnelle. Nous avons minutieusement choisi nos matières et les avons tracées afin de nous assurer qu’elles n’étaient pas associées à la perte d’habitat sauvage. Par ailleurs, nous ne travaillons qu’avec des matières recyclées. 

Ci-dessous nos matières et leur impact :

Nos matières wildlife-friendly

Appleskin (tige) : 

Alternative biosourcée au cuir, composée de déchets de pommes et de polyuréthane (PU) recyclé. Frumat fut fondé en 2009 en Italie. Cette entreprise transforme les résidus industriels biologiques issus de l’apiculture en de nouvelles matières premières pour le développement de produits innovants. Composition exacte : 32% de déchets de pommes, 34% de coton organique, 34% de PU recyclé.

IMPACT 🡺 L'Appleskin est certifiée par la PETA et l’USDA Bio-preferred program. Les déchets de pommes proviennent du nord de l’Italie et l’ensemble du process de transformation s’opère près de Florence, bien loin de la forêt Amazonienne… Sa coloration est réalisée à partir de pigments d'origine naturelle. Son empreinte carbone est d’environ 7kg/CO2/M2 contre 60kg pour un cuir standard. C’est également 5,28kg de moins qu’un synthétique composé uniquement de PU. 

 

Nylon recyclé (tige) : 

Le nylon recyclé est une alternative éco-responsable au nylon. Sa fabrication est réalisée à partir de nylon jeté ce qui en fait une matière zéro-déchet. Il est par ailleurs moins gourmand en énergie et en eau. 

IMPACT 🡺 Consommation d’eau réduite de 40%. Zéro-déchet. 

 

Polyester recyclé (étiquette, lacets, doublure et première de propreté) : 

Ce dérivé du pétrole se dégrade très difficilement dans l'environnement. Il faut à tout prix prolonger sa durée de vie en évitant de le jeter. En recyclant le polyester on limite d’une part une production supplémentaire inutile, l'utilisation des ressources naturelles et la pollution qui vont avec. D'autre part, on limite son impact sur les écosystèmes. Il libère en effet des microparticules de plastique en se dégradant, et pollue les sols et les cours d'eau.

IMPACT 🡺 Consommation d’eau réduite de 40%. Zéro-déchet. Limite la pollution des sols et cours d’eau. 

 

Caoutchouc recyclé + caoutchouc naturel (semelle) :

Nos semelles sont composées d’un mix de caoutchouc recyclé et naturel (vierge). Notre fournisseur de semelles recycle 100% de ses déchets de caoutchouc en production, qu’il mélange ensuite avec du caoutchouc naturel. Cela s’inscrit dans une approche zéro-déchet. Le caoutchouc naturel est également un vrai sujet. Il provient de l’hévéa, dont la culture peut être assimilée à celle de l’huile de palme dans des pays comme le Brésil ou la Thaïlande. Lorsqu’il ne provient pas d’une plantation gérée de manière durable (et labelisée FSC par exemple), le caoutchouc naturel est très souvent associé à de la monoculture et donc de la déforestation. Nous travaillons un caoutchouc vierge issu d’une plantation durable cultivée en permaculture en Amazonie.

IMPACT 🡺 Zéro-déchet. Préservation des habitats sauvages.

3. Pollution (émissions et gestion des déchets)

Nos sneakers ont pris l’habitude de faire le tour du monde avant d’arriver à nos pieds. Des fournisseurs au quatre coins de la planète, un assemblage en Asie (dans 90% des cas), un acheminement dans des entrepôts en Europe pour enfin être dispatchées dans des boutiques un peu partout dans le monde. Une logistique d’envergure qui n’est évidemment pas assurée en vélo ! Et ce n’est pas fini, nos baskets aiment tellement voyager qu’elles parcourent à nouveau des milliers de kilomètres lorsqu’on a décidé de s’en séparer. Décharges à ciel ouvert en Asie ou marchés géants en Afrique, on ne sait jamais vraiment où notre ancienne paire favorite va atterrir. Pour répondre à ces problématiques, nous avons réfléchi à du circuit-court et une meilleure gestion de la fin de vie de nos sneakers. 

 

Circuit court :

Tous nos partenaires sont situés en Europe (Portugal, Espagne et Italie, voir liste de nos fournisseurs). Nos baskets éco-responsables sont assemblées à la main dans notre atelier Portugais situé à Guimarães, au Nord de Porto. L’intégralité de nos acheminements de matière sont ainsi assurés par camion, à l’exception du caoutchouc naturel amazonien qui transite en bateau. Notre entrepôt étant situé en région parisienne, nous avons choisi de ne pas expédier nos baskets dans des pays en dehors d’Europe occidentale. Par ailleurs, notre partenaire logistique Big Blue s’engage dans une démarche RSE avec des livraisons écologiques du dernier kilomètre.

 

Recyclage :

Au-delà d’utiliser des matières recyclées (voir plus haut), MEEKO sélectionne également des fournisseurs engagés dans des approches de revalorisation de leurs déchets / chutes de production. Notre usine d’assemblage récupère ainsi l’intégralité de ses chutes qui sont recyclées par un partenaire pour avoir une seconde vie lorsque c’est possible. Notre fournisseur de semelle procède de la même façon mais recycle lui-même ses chutes qu’il mélange ensuite avec du caoutchouc pour proposer des semelles 0 déchet. 

Ce dernier a également mis au point un programme de recyclage des sneakers en fin de vie. Le procédé consiste à retirer les pièces métalliques (lorsqu’il y en a, ce qui n’est pas le cas sur vos MEEKO) pour ensuite broyer les baskets et créer une pate souple qui a l’aspect du latex.

Recyclage des baskets

Nous mettons en place une organisation pour récupérer les paires de MEEKO usagées via des points de collecte partenaires, car c’est bel et bien cela le plus complexe.

4. Empreinte énergétique

Un design minimaliste, des matériaux low impact, des circuits courts, une solidité suffisante pour amortir le coût environnemental et on a tout bon ? Presque, mais on oublie l’essentiel : l’énergie. La production d’électricité via énergie fossile est la principale cause d’émission de gaz à effet de serre. Pour réduire notre empreinte énergétique, nous avons donc choisi une usine d’assemblage alimentée à 75% par panneaux solaires. Elle a ainsi réduit ses émissions de 50 tonnes par an.

De la même manière, notre fournisseur de semelles portugais est alimenté à 90% par panneaux solaires.  

Malgré nos exigences élevées et les contraintes que l’on s’est imposées, on est fier de vous présenter nos collections de baskets wildlife-friendly. Des alternatives plus respectueuses du vivant, sans sacrifier l’esthétique, le confort ou la durabilité. Nous ne sommes pas encore parfaits (spoiler, on ne le sera jamais), mais vous garantissons d’ores-et-déjà des sneakers plus propres que l’immense majorité du marché. 

Découvre ta future paire engagée favorite ici : https://meeko.store/collections/all 

L’équipe MEEKO

Effectuez une recherche

Panier