Qu'est-ce qu'un sourcing durable ? – MEEKO

Qu'est-ce qu'un sourcing durable ?

par Maxime Savart

Le casse-tête du choix des matières 

 

Le sourcing correspond à la sélection des matières premières qui vont composer la basket. C’est l’une des étapes clés pour rendre des sneakers plus propres, ces matières représentant une grande partie de l’émission en CO2 et de la pollution des eaux relatives à l’industrie. Nous avions donc à cœur de sélectionner des matières vegan (nous n’employons pas de matières animales), naturelles et/ou recyclées, potentiellement biodégradables et facilement recyclables.

Il y a ce dont on rêve, puis il y a la réalité. Car plus on creuse et on remonte la supply chain, plus on risque de tomber sur des habitudes peu favorables à l’environnement (on vous parlera du social dans un autre article relatif à l’assemblage). Difficile de distinguer le vrai du faux auprès des différents fournisseurs, surtout lorsque ce n’est pas ton métier initial.

Nous avons donc choisi de travailler avec une agence basée près de Porto qui nous accompagne dans cette étape. Toutes nos matières premières proviennent du Portugal ou d’Italie. Nous leurs avons fourni notre cahier des charges et faisons confiance à notre agent Paulo quant aux choix des fournisseurs correspondants. Malheureusement nous n’avons à ce jour pas les moyens d’auditer nous-mêmes les pratiques de chacun de ces fournisseurs afin de s’assurer qu’ils respectent tous une charte environnementale poussée (par exemple où ils reversent les eaux usées suite à la teinte d’une matière). Certains ont reçu des labels spécifiques, d’autres non. C’est un travail à part entière que l’on souhaite faire en grandissant afin de réduire au maximum l’impact de nos sneakers.

 

Un compromis sur la matière première, pas sur le design 

Une autre complexité liée au sourcing est qu’il est indispensable qu’il soit parfaitement cohérent avec le design car l’un ne fonctionne pas sans l’autre. On peut trouver la matière première naturelle la plus écologique du monde et se rendre compte qu’elle ne permet absolument pas de produire une basket durable que ce soit en termes de design ou de solidité par exemple. J’ai malheureusement fait l’expérience d’une paire de baskets de voyage (souple, légère, séchage rapide, bon maintien, etc.) avec une très faible empreinte carbone (et un joli story-telling), qui s’est trouée au bout de 3 mois (idem pour celle de ma copine). On est en droit de se poser la question, est-ce que ma paire de Nike Internationalist que je porte depuis 2 ans n’est pas plus durable du coup ? 

Paulo et Kaito (notre designer) ont travaillé main dans la main pour s’assurer de la cohérence globale de notre première collection. Nous sommes arrivés avec une vision légèrement utopiste et souhaitions utiliser uniquement des matières premières naturelles ou recyclées, non issues de l’exploitation animale. C’est en échangeant avec des experts de l’industrie et en creusant à fond le sujet que nous avons compris qu’il allait falloir faire des compromis et que ce n’était pas grave. Pas de compromis sur la qualité, la solidité, le confort ou le design. Mais sur le prix et le choix des matériaux oui. Sur le prix car produire de manière plus locale avec des matières plus propres ne permet pas (encore) de sortir une paire de sneakers à 80€. Sur les matériaux car si nous voulons produire une basket vegan qui ait de la gueule, qui soit de grande qualité, robuste et confortable on doit trouver des matières aux propriétés équivalentes au cuir animal sans en être. Le tout en étant le plus propre possible pour rester cohérent. Cuir d’ananas, de champignon, d’algues ou même du liège ? On a tout étudié et aucune de ces matières d’origine naturelle ne satisfaisaient nos exigences en termes de design.

Si le résultat fonctionne sur de la maroquinerie ou d’autres pièces de mode nous avons trouvé que cela ne marchait pas sur des sneakers ayant l’ambition de concurrencer les classiques de votre garde-robe. Nous utilisons du coton biologique (lacets et doublure), du caoutchouc recyclé pour les semelles mais aussi de la fibre Seaqual en plastique recyclé issu des océans pour le mesh.

Nous avons également recours à des similicuirs (imitation cuir et suede) vegan, dont une partie est produite à partir de plastique recyclé (le reste étant du synthétique). Ces matières demeurent malgré tout issues de procédés chimiques qui sont à long terme nocifs pour les ouvriers qui les travaillent au quotidien.

Nous suivons attentivement le marché afin de pouvoir rapidement remplacer ces cuirs synthétiques par une matière d’origine naturelle suffisamment esthétique, solide et souple pour constituer la majeure partie d’une basket à la hauteur de nos exigences (on étudie la résine de maïs pour la seconde collection). Cette première collection est donc bien plus propre que la grande majorité de l’offre actuelle mais nous avons malgré tout pas mal de progrès à faire.

Nous gardons la même motivation à améliorer le pourcentage de matières naturelles dans nos sneakers et nous allons y arriver en grandissant grâce à davantage de connaissances et de moyens. Nous pensons par ailleurs que la durabilité ne se limite pas aux matériaux, ni même au produit (nous vous en parlions ici). Nous gardons en tête que même une marque comme Patagonia admet avoir encore des progrès à faire. La question n’est pas de tout faire parfaitement, sans aucun impact négatif sur la planète (ce qui est utopique) mais plutôt de faire du mieux que l’on peut, de se remettre continuellement en question afin de de s’améliorer et de rendre notre activité la plus propre possible. Ce qui compte c'est la balance entre notre impact négatif et notre impact positif.

Pour découvrir le design de notre première collection et décider si oui ou non on a bien fait de faire ces choix, inscris-toi en bas de page.

Merci de nous avoir lu. 😊

À très vite,

L’équipe MEEKO

RETOUR AU HAUT DE LA PAGE