Livraison et retour offerts en France 👟❤️🦏

Limites du projet

SPOILER : MEEKO N'EST PAS PROPRE !

#STEPCLOSER

 

Si nous essayons de faire les choses bien, notre activité a qu’on le veuille ou non des effets néfastes sur la planète. Le jeu est de faire le maximum pour les limiter mais, pour cela, il faut déjà connaître ses axes d’amélioration.

 

LES BASKETS CA POLLUE ? SANS DECONNER !


 

La principale pollution liée à notre activité provient du cycle de vie de nos produits. Du design de la basket à sa mort, de nombreuses étapes requièrent une énergie importante et laissent une trace sur la planète. On vous détaille ci-dessous nos axes d’amélioration pour une manière plus propre de gérer notre business :

 

  1. Le design: travailler la circularité du design, afin que nos baskets puissent facilement être déconstruites puis recyclées.
  2. Les matières: sourcer des matières plus proches (aujourd’hui on se fournit en Espagne et au Portugal, c’est déjà pas mal) avec le plus faible impact possible pour l’homme et la planète. Le tout sans sacrifier les attributs essentiels d’une basket à la hauteur de vos attentes. En gros cela veut surtout dire trouver une alternative au cuir avec des propriétés similaires mais qui ne soit pas issue du plastique. Un sacré challenge ! Aujourd’hui nous utilisons des similicuirs à base de polyuréthane et on aimerait bien changer ça. Quelques solutions pointent le bout de leur nez, affaire à suivre…
  3. La production: Là pour le coup on ne peut pas faire grand-chose de plus, à moins de demander à notre atelier de bosser à la bougie ! Une partie des opérations sont faîtes à la main, le reste via des machines qui consomment de l’énergie. On peut toujours leur demander s’ils comptent passer à de l’électricité verte 😊.
  4. Le transport: Nos différents échanges se font par la route via camions. On se renseigne pour voir si le transport ferroviaire entre Porto et Paris est envisageable.
  5. La logistique: Notre logisticien optimise les trajets de livraison grâce à une intelligence artificielle qui lui est propre. La majorité des cartons utilisés sont recyclés. La livraison dernier kilomètre, notamment à Paris, est un sujet que nous devons améliorer.
  6. Le packaging: Nous utilisons du carton recyclé pour nos boîtes. Plusieurs alternatives sont en cours d’étude chez nous, comme les packaging réutilisables de chez RePack.
  7. La fin de vie : Nous n’avons à ce jour pas de circuit nous permettant de récupérer vos baskets usagées. C’est quelque chose sur lequel nous devons travailler, pourquoi pas en nous associant avec d’autres jeunes marques pour faciliter la mise en place de ce genre de process très lourd. C’est une approche conjointe à celle de la circularité du design (voir point 1) car récupérer les baskets n’a que peu de sens si on ne peut pas les revaloriser derrière. Gros chantier pour nous sur cet axe-là.

 

LE PARADOXE DE VENDRE... MAIS PAS TROP !


 

Il est parfois difficile de trouver l’équilibre entre la communication nécessaire au développement d’une marque et l’incitation à la surconsommation. On l’a expérimenté au cours de notre campagne de crowdfunding sur Ulule où nous avions besoin d’atteindre un certain objectif de précommandes sur une durée limitée afin de pouvoir lancer notre production. Nous avons eu parfois l’impression de devoir pousser à l’achat alors que cela ne fait pas vraiment partie de notre vision commerciale. Si tu n’as pas besoin de baskets, n’en achète pas. Bon heureusement que beaucoup de nos proches n’ont pas suivi cette règle car on ne serait peut-être pas là à vous parler aujourd’hui sans cela 😊.

L’avantage des phases de précommandes est qu’elles permettent de parfaitement contrôler son volume de stock à produire + de créer de la trésorerie. En revanche, il ne faut pas que la deadline (d’un mois ou plus) devienne un stress qui nous pousse à une communication « agressive ». 

Nous faisons plutôt le choix d’une stratégie informative qui vise à fidéliser notre communauté sur la durée. Nous avons besoin de la communication pour faire connaître notre projet, vous donner envie de nous suivre, de participer à nos évènements, et pour que vous pensiez à MEEKO lorsque vous aurez besoin de changer votre paire de shoes. Et si vous nous choisissez plutôt qu’une autre marque au moment de l’achat, c’est tant mieux pour nous et les assos que l’on supporte !

 

"VOUS NE DONNEZ QUE 3% DE VOTRE CHIFFRE D'AFFAIRES A DES ONG, C'EST LEGER POUR UNE MARQUE ENGAGEE!"


 

On a déjà entendu cette remarque... Et on se l'est également faite nous-mêmes au début ! En effet, lorsque notre principale volonté est de protéger la biodiversité, quelle déception de s'apercevoir qu'il sera difficile de reverser plus de 3% de notre chiffre d'affaires à des ONG qui travaillent pour cela. Mais voilà, fabriquer plus localement, dans le respect des travailleurs et à partir de matières européennes de qualité, cela a un coût. Notre coefficient de vente est de 2,6 lorsque les grandes marques que vous connaissez sont entre 6 et 8. C'est pour cela que l'on met en place diverses actions annexes pour renforcer notre contribution sur le terrain. Malgré tout nous ne sommes pas satisfaits du montant que nous reversons actuellement. Nous mettrons tout en œuvre pour pouvoir donner davantage sans menacer l'équilibre financier de notre entreprise. Reverser 10€ par paire ça en jetterait mais on fermerait boutique en quelques mois ce qui n'est pas l'objectif.

 

Effectuez une recherche

Panier